1Co-fondateur de l’agence Vu et membre éminent de l’agence Rapho depuis plus de 15 ans, Gérard Uféras a longtemps travaillé dans les coulisses de l’opéra et de la mode.

59
Il a toujours préféré l’ombre chatoyante des coulisses du métier à la lumière trop crue d’une « vedettarisation » contraire à son éthique.

Tout respire chez lui en priorité un savoir-faire qui sacrifie le paraître à son amour du beau.


26 Car son parcours est exceptionnel, depuis cette historique « carte blanche » qui lui fût donnée aux côtés de Jean-Loup Sieff et de Mary Ellen Mark, et lui permit de vivre un moment clé de sa jeune carrière : sa rencontre avec le monde jusqu’alors impénétrable de l’Opéra de Paris.

Dans les cénacles de la création que sont les coulisses des plus grands opéras, des défilés de mode ou du ballet de l’Opéra National de Paris, le photographe devient lui même chorégraphe des paradis secrets ainsi dévoilés.

20


Le photographe a su forger son propre style, tutoyer ses maîtres et maîtriser à leur manière la jubilation de l’instant décisif avec un sens extrême du cadrage.

32
Gérard Uféras n’est jamais voyeur.

Il porte sur ce monde de paillettes, comme sur les décors des opéras ou les miroirs de l’Ecole de danse, un œil tendre et complice.


Dans son viseur il fait de chacune de ses images, un superbe instantané offert à tous.44

« Je ne peux m’empêcher d’associer la pratique de l’Art à la notion d’amour et de partage. »

52

Gérard Uféras nous invite dans l'univers de la mode où il n'est pas tant question d'habiller le corps que de le magnifier par des créations plus belles les unes que les autres.


Les jeunes filles, outrageusement maquillées, se prêtent au jeu des muses, leurs corps n'est plus qu'un support à des créations délicates qui sculptent leurs formes.

45

En coulisse, le photographe dévoile la fabrique des rêves: séance de maquillage, ajustement des vêtements, coiffures sophistiquées et patience des mannequins avant leurs passages devant les invités.

Il a aussi suivi 70 mariages et pacs pendant deux ans et en délivre le meilleur dans son exposition à l’Hôtel de Ville de Paris, jusqu’au 31 juillet.

15Ces couples viennent d’horizons différents, de cultures et de religions distinctes mais ils ont tous en commun l’amour.

Un sourire complice, un « oui » susurré ou une danse improvisée…


Gérard Uféras a capturé tous ces instants de bonheur en quelques clics.

« Lorsqu’une telle fusion s’établit entre l’esprit et le cœur, c’est qu’on se trouve face à un très grand artiste, confiait son ami de toujours Willy Ronis. On voudrait employer un mot très fort , mais on n’ose pas, alors on dit qu’on est devant le grand mystère qui se nomme la Grâce. »

pl. de l'Hôtel de Ville 75004 Paris 01 42 76 40 40 16
Du 6 mai 2010 au 31 juillet 2010. De 10h à 19h Tlj, sf dims et fêtes. entrée libre
Un Fantôme à l'opéra.

Bibliographie:

L'Étoffe des rêves.
Un Pas vers les étoiles.
Etats de grâce, Les Editions du Fantom, 2009 —
Un Pas vers les étoiles, Flammarion, 2008 —
Gérard Uféras et Sarah Mower, L'Étoffe des rêves, Altinea, 2001 —
Un Fantôme à l'opéra, Altinéa Collectionneur,

Son site:
www.gerarduferas.com/