1Jean-François Jonvelle est né en 1943 à Cavaillon.
Plus tard, il vendra ses célèbres melons pour s'acheter un Hasselblad.
Il ne fait pas de vraies études, mais est initié à l'âge de 16 ans par le photographe Georges Glasberg qui lui fait faire le tour des cathédrales de France.
Il lui transmets sa passion de la photographie.
Il prend ses inspirations ici et là, mais sa vraie culture vient du cinéma avec Fritz Lang, Orson Welles, Arthur Penn, Hitchcock, plus récemment "Brazil" de Terry Gilliam qu'il avouait avoir vu onze fois.
Son film préféré : "Jules et Jim" de François Truffaut.

A l'âge de 20 ans il devient l'assistant du photographe américain Richard Avedon.
Sa petite sœur, sa maman dont il a toujours été très proche, et sa grand-mère seront ses "premières victimes consentantes".
Il disait volontiers que son sujet préféré était les femmes qu'il aimait.


6

Il est notamment l'auteur des photos de la campagne de pub qui avait révolutionné l'affichage publicitaire dans les années 80 "Demain j'enlève le bas".

Mais son œuvre publicitaire ne s’arrête pas là.
Des campagnes importantes pour les marques Huit ou Levis, Barbara, Princesse Tam Tam ou encore Eminence ont été très significatives.



21

Dans le monde publicitaire, l’un de ses amis, directeur d’une célèbre agence, dit de lui : "On ne peut pas résumer la carrière de Jean-François Jonvelle à celle d’un photographe de femmes, voire de charme.

Le charme étant cet univers trouble entre un érotisme un peu culpabilisé et une complaisance légèrement surannée qui ne sont pas exactement des qualificatifs pour cette modernité qui est la nôtre".

Il avait publié en 1998 un album de photos, intitulé "balcons" et se décrivait lui-même comme "un obsédé sexuel sentimental".

"Quand je photographie une femme, avait-il dit, je veux qu'elle sache qu'elle est la plus belle de la terre, parce qu'une femme qui se sent belle est vraiment la plus belle femme du monde. Mon bonheur, c'est aussi de n'avoir jamais entravé ma liberté, ni perdu ma fraîcheur, mon instant".


59

Durant sa carrière il a photographié des centaines de femmes.

Il est devenu le photographe des femmes.

Jean françois Jonvelle n'aime pas les poses.
Il tente de capturer la personnalité du
modèle.

La plupart de ses clichés, sont pris sur le vif, témoins d'un instant, des femmes pleines de vie avec leurs bonheurs et leurs tristesses.

Par ailleurs en 1998, Stanley Kubrick préparait ce qui devait être son dernier film - Eyes Wide Shut - et se posait des questions sur la façon la plus vraie de filmer les femmes.Étant tombé sur un livre de Jonvelle, il lui avait demandé de venir à Los Angeles avec des photos pour s’en entretenir avec lui.

15




Ainsi, un plan dans la salle de bains des héros du film, avec Nicole Kidman sur la cuvette des toilettes, est directement inspiré d’une des photos de Jean-François.

Il est mort à 58 ans d'un cancer foudroyant, 15 jours après qu'une tumeur ait été détecté.

Il nous a quitté le 16 janvier 2002.